Politique : La ministre Mélanie Joly se fait DÉTRUIRE par un journaliste

La ministre Mélanie Joly se fait DÉTRUIRE par un journaliste

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Politique
Partager sur Facebook
361 361 Partages

Mélanie Joly ne s'est pas fait que des amis, depuis qu'elle a été nommée ministre du Patrimoine par le premier ministre Justin Trudeau. C'est le moins que l'on puisse dire.

C'est surtout pour le dossier Netflix qu'elle s'est attirée les foudres de la communauté culturelle et médiatique québécoise, qui l'accuse de favoriser le géant américain au détriment des entreprises canadiennes.

Samedi, dans La Presse, l'éditorialiste Paul Journet y est allé d'une attaque en règle envers la ministre, l'accusant de ne rien faire pour sauver les médias canadiens qui sont en crise. 

Voici quelques passages de son éditorial.

«Que fait la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly ? Pour guérir le patient, elle encourage la maladie. Sa nouvelle Politique culturelle contient un partenariat avec Facebook pour créer un « incubateur d'information numérique » avec l'Université Ryerson, et un autre partenariat avec Google pour sensibiliser au rôle de l'information en démocratie.»

«Essayons de décoder ce qui se passe dans la tête de Mme Joly... Oui, semble-t-elle dire, ces géants saignent la culture et l'information, vitales à notre identité et notre démocratie. Mais... mais... c'est de #l'innovation ! Vive le #numérique !»

«La ministre a travaillé fort pour livrer ce ramassis d'insultes. À l'automne 2015, elle lançait une vaste consultation sur sa politique culturelle. Tout était sur la table, promettait-elle. Mais quand elle a dévoilé le document cet automne, il n'y avait rien pour les quotidiens. Ou elle n'a pas écouté, ou elle n'a pas compris, ou elle s'en fiche.»

«La ministre répète les mêmes slogans creux. Elle promet d'aider les médias locaux et communautaires. Le Canada investit déjà 75 millions par année, se félicite-t-elle. Pour le reste, il faudrait encourager l'innovation au lieu de perpétuer des modèles déficitaires. Sa cassette est ahurissante.»

Disons simplement qu'on n'invitera pas ces deux-là dans le même party..!

Partager sur Facebook
361 361 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook