Politique : C'est au tour d'un ministre d'être au coeur d'un scandale sexuel

C'est au tour d'un ministre d'être au coeur d'un scandale sexuel

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Politique
Partager sur Facebook
318 318 Partages

Le mouvement #MoiAussi ne frappe pas uniquement aux États-Unis (Harvey Weinstein) et au Québec (Éric Salvail, Gilbert Rozon...). Cette fois, c'est en Grande-Bretagne que la vague de dénonciations frappe et c'est le ministre du Commerce international Mark Garnier qui se retrouve au coeur d'un scandale à caractère sexuel. 

Mark Garnier est visé par une enquête après avoir avoué qu'il avait donné un surnom à connotation sexuelle à sa secrétaire en plus de lui avoir donné de l'argent pour acheter deux jouets sexuels. Il a affirmé, en entrevue au Mail on Sunday que selon lui, cela ne constituait absolument pas du harcèlement sexuel. 

Le ministre de la Santé Jeremy Hunt a déclaré qu'une enquête va être ouverte pour déterminer si les agissements de Garnier constituent une violation du code de conduite ministériel.

La première ministre Theresa May a plaidé pour que des mesures soient prises afin de protéger le personnel parlementaire. Elle s'est dite préoccupée par cette affaire, et souhaite qu'une meilleure procédure pour porter plainte et protéger le personnel soit mise en place.

L'histoire de Mark Garnier ne représente malheureusement pas un cas isolé, alors qu'au moins quatre autres députés sont visés par des allégations de harcèlement sexuel, de gestes ou de paroles déplacés.

L'an dernier, l'ancien ministre Stephen Crabb a dû démissionner pour un cas d'inconduite sexuelle. Dimanche, il a reconnu avoir envoyé des messages explicites à une jeune femme de 19 ans après l'avoir passée en entrevue pour un emploi.

«Ces histoires, si elles sont vraies, sont évidemment totalement inacceptables», a affirm le ministre de la Santé sur BBC1. «Il y a des parents dont les filles étudient la politique dans l'espoir d'obtenir un emploi à Westminster et ils doivent être sûrs que si elles obtiennent ce travail, leurs filles ne seront pas l'objet de certains des comportements que nous observons».

Partager sur Facebook
318 318 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook