Nouvelles générales : Une professeure québécoise arrêtée pour gestes à caractère sexuel sur deux élèves

Une professeure québécoise arrêtée pour gestes à caractère sexuel sur deux élèves

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
24 24 Partages

Une professeure québécoise a été arrêtée, jeudi à Sherbrooke, pour des gestes à caractère sexuel sur deux adolescents. La Tribune rapporte qu'elle fait face à plusieurs chefs d'accusation de leurre informatique, d'incitation à des contacts sexuels, de contacts sexuels, d'exploitation sexuelle, de pornographie écrite et de pornographie juvénile sur deux victimes d'âge mineur.

C'est une enseignante de l'école secondaire du Triolet, à Sherbrooke, qui a été arrêtée. Des membres du Service de police de la Ville de Sherbrooke ont procédé à l'arrestation de la femme de 44 ans.

Selon les informations de Jean-François Desbiens, il s'agirait de Andréanne Robert, professeurs de sciences.

« Il se pourrait qu’il y ait d’autres victimes, a affirmé le porte-parole du SPS Martin Carrier. Des victimes silencieuses jusqu’à maintenant. Nous les invitons à communiquer avec nous.»

«Nos collègues de la Direction de la protection de la jeunesse participent au dossier également. Nous avons travaillé aussi avec les gens de la CSRS.» 

Le SPS demande aux citoyens qui auraient de l’information de contacter ses services au 819 821-5555.

La Commission scolaire de la Région de Sherbrooke a affirmé, par voie de communiqué, que la professeurs avait été relevée de ses fonctions.

«Consciente que la situation peut soulever des inquiétudes chez les élèves, leurs parents ainsi que les membres du personnel, la CSRS met tout en œuvre pour offrir du soutien et garder un environnement de vie et de travail sain et sécuritaire, propice aux apprentissages», déclare-t-on.

«En contact continu avec des partenaires, dont le SPS, la CSRS invite d’ailleurs les personnes avec des informations pertinentes ou des préoccupations à communiquer avec les ressources suivantes comme le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) au 819 820-2822.»

Partager sur Facebook
24 24 Partages

Source: Le Quotidien · Crédit Photo: Fotolia