Nouvelles générales : Un Québécois condamné à 60 jours de prison pour propos haineux contre les musulmans

Un Québécois condamné à 60 jours de prison pour propos haineux contre les musulmans

Il avait émis des commentaires horribles après la tuerie de Québec

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
1,695 1.7k Partages

Un Québécois de 21 ans a été condamné à 60 jours de prison pour des propos haineux envers la communauté musulmane. C'est dans la nuit suivant la tuerie de la Grande Mosquée de Québec que Samuel Huot a tenu des propos «absolument racistes et d’une très grande cruauté à l’égard des membres de la communauté sur Facebook».

Le jeune homme était fortement intoxiqué par la drogue au moment d'émettre ces commentaires, dans la nuit du 29 janvier 2017.

Parmi les messages qu'il avait écrits sur le réseau social, il y avait notamment: «qui creve toute les caliss de voilé » ou encore «homme, femme et enfants! Criss moi sa au vidange ».

Le juge Mario Tremblay a déclaré que: «En considérant le contexte dans lequel ces propos ont été tenus et leur teneur, la peine doit être suffisamment sévère pour avoir un effet dénonciateur». Le juge a également rappelé que le jeune homme n'avait aucune excuse et que les commentaires haineux avaient été proférés  «de façon répétée et assumée, et ce, pendant trois jours».

Au niveau des facteurs aggravants, le juge a noté que les propos étaient odieux et que la «manifestation de la haine y est d’une violence sans nom». De plus, le moment choisi pour faire de tels commentaires alors que la communauté musulmane était en deuil «ajoute une peine supplémentaire au deuil et à la détresse des victimes, de la communauté et de la collectivité touchée».

Comme facteurs atténuants, le fait que l'accusé n'avait pas d'antécédent judiciaire, qu'il avait un emploi saisonnier, qu'il a plaidé coupable rapidement et qu'il traversait  «un passage difficile au plan personnel, consommait beaucoup et avait demandé de l’aide pour des problèmes de santé mentale», ont pesé dans la balance.

En plus des soixante jours de détention qui pourront être purgés de façon discontinue, Samuel Hup devra respecter une probation de 18 mois pendant laquelle il ne pourra faire  «référence à l’accusation actuelle, au processus judiciaire et aux conséquences de ce crime sur internet et sur quels que réseaux sociaux que ce soit».

Il n'aura pas non plus le droit de «tenir des propos offensants ou méprisants à l’égard de l’immigration ou de la communauté musulmane sur internet».

Partager sur Facebook
1,695 1.7k Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Facebook