Nouvelles générales : On connait enfin l'identité du policier qui a tiré sur sa petite amie et tué trois autres personnes

On connait enfin l'identité du policier qui a tiré sur sa petite amie et tué trois autres personnes

Rien ne porte à croire que le geste était prémédité selon les autorités.

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
278 278 Partages

Arnaud Martin, un policier de 31 ans, a tué trois personnes et il en a blessé trois autres, samedi, à Sarcelles (Val-d’Oise), en France, avant de se suicider avec son arme de service.

Le drame s’est produit en début de soirée, vers 20h45,  à environ 300 mètres de la mairie de Sarcelles. «La rupture amoureuse semble la cause initiale» de ce drame, a confié Eric Corbeaux, le procureur de la République de Pontoise au Figaro.

Sa petite amie, Amélie, l'attendait dans la voiture stationnée devant le pavillon de sa famille pour lui annoncer qu'elle mettait fin à leur relation. La conversation s'est envenimée et le policier a tiré sur Amélie en plein visage. 

Arnaud Martin a ensuite tiré sur deux personnes qui «n’avaient aucun lien» avec lui et qui auraient tenté de s'interposer. 

Un homme âgé de 30 ans, qui écoutait de la musique dans sa voiture, «venait voir ce qui se passait» quand Arnaud l'a descendu d'une balle. Puis un homme de 44 ans «sorti acheter des cigarettes» a été tiré par le policier. «Il a dit à ses enfants qu'il revenait tout de suite et la police est venue dire qu'il ne reviendra plus jamais...» a témoigné sa belle-soeur, Noria Madani.

Arnaud Martin est ensuite entré dans le pavillon de sa belle-famille où il a tué son beau-père, blessé sa belle-mère au thorax, tiré une balle dans le fémur de sa belle-soeur et tué le chien de la famille. Arnaud Martin a été «retrouvé mort d'une balle dans la tête, son arme à la main, au fond du jardin», selon la police. 

Rien ne porte à croire que le geste était prémédité selon les autorités. 

«C'est quelqu'un qui, à un moment donné, déraille totalement. Comme il est armé, il peut tirer. C'est le drame de la police», a commenté Gérard Collomb sur Franceinfo-France Inter-Le Monde.

Noria Madani se demande ce qu'elle peut dire à ses neveux «inconsolables» de 7, 11 et 14 ans: «On leur dit que la police est là pour les protéger et un policier tue leur père, un homme qui est mort d'avoir voulu sauver une femme».

Partager sur Facebook
278 278 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Capture d'écran