Nouvelles générales : De nouvelles très graves allégations à l'endroit de Juste pour rire

De nouvelles très graves allégations à l'endroit de Juste pour rire

L'entreprise une fois de plus dans l'eau chaude

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
128 128 Partages

Quelques mois après le scandale sexuel qui a éclaboussé son fondateur, Gilbert Rozon, le groupe Juste pour rire se retrouve une fois de plus dans l'eau chaude, cette fois-ci en raison du climat de travail toxique qui y règne.

Le quotidien La Presse publie, samedi matin, une enquête qui vise la nouvelle PDG de JPR, Guylaine Lalonde, accusée de harcèlement psychologique, et d'adopter une attitude irrespectueuse à l'endroit des employés. Tout ceci résulte en une culture d'entreprise malsaine, selon des ex-employés qui ont décidé de raconter leur histoire à La Presse.

« Je me faisais insulter, intimider, dénigrer, dès que je posais une question, comme beaucoup de collègues. C’est inhumain, des gens sont marqués au fer rouge à vie par leur passage dans l’entreprise »,  a affirmé Anne Gravelle, qui agissait comme directrice des ressources humaines de Juste pour rire de 2014 à 2015.

« Comment une personne qui traite les employés comme de la merde peut-elle se retrouver PDG en 2017 ? Malgré les plaintes, ça continue. »

Une autre ex-employée, Isabelle Petit, parle pour sa part d'un véritable «régime de terreur».

« Je me faisais rabaisser, blesser, envoyer des courriels répétitifs. C’est inadmissible de se faire traiter de cette façon », déclare-t-elle.

Les deux femmes ont été congédiées dès leur retour d'un congé de maladie, une pratique qui serait courante chez Juste pour rire.

La Presse a recueilli une douzaine de témoignages d'anciens employés qui racontent tous les mêmes méthodes de gestion et des histoires semblables. Parmi eux, plusieurs ont fait un épuisement professionnel et ont dû se mettre à consulter en psychologie, tellement ils étaient détruits par leur environnement professionnel.

La nouvelle PDG du Groupe Juste pour rire Guylaine Lalonde a nié catégoriquement les allégations. 

« C’est un milieu de travail intense, je ne peux pas le nier, dit la PDG, lorsque questionnée par La Presse. Oui, je peux avoir un ton sec et je suis exigeante. Si je n’obtiens pas ce que j’ai demandé, je peux être fatigante et revenir à la charge jusqu’à ce que j’aie les réponses. Mais on prend soin de nos employés. »

Une affirmation qui va à l'encontre des témoignages d'anciens employés.

« Guylaine Lalonde me criait après régulièrement, m’humiliait, me menaçait, m’envoyait chier. Elle me traitait d’idiote, d’épaisse, rapporte une ex-employée. Je n’étais pas la seule, plusieurs employés sortaient des meetings en braillant. »

« Elle m’a déjà envoyé un courriel un vendredi à 20 h, dont le sujet était : “T’es vraiment conne ou quoi ?” Quand j’ai demandé des explications, elle a répondu : “Je ne veux plus te parler, tu me fais perdre mon temps.” Tu te sens comme de la merde, même si tu travailles comme une folle. »

Partager sur Facebook
128 128 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Juste pour rire