Nouvelles générales : De nombreux migrants ne donnent plus de nouvelles aux autorités

De nombreux migrants ne donnent plus de nouvelles aux autorités

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
1,820 1.8k Partages

Le dossier de l'immigration a fait couler beaucoup d'encre au cours des derniers mois. C'est le moins que l'on puisse dire. Un reportage de La Presse, diffusé vendredi matin, rapporte qu'une bonne partie des migrants qui ont traversé le frontière vers le Canada cet été pour y demander asile ne donnent plus de signe de vie et risquent de ne jamais régulariser leur statut. 

Selon La Presse, une dirigeante de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié a jugé la situation assez grave pour décider d'envoyer un courriel à tous les intervenants pour les informer qu'un nombre croissant de migrants de fournissent pas les documents requis et ne se présentent pas lorsqu'ils sont convoqués.

«Il s'agit d'une matière très grave, qui entraînement probablement le désistement de leur demande d'asile», a affirmé Shereen Benzvy Miller, vice-présidente de la Section de la protection des réfugiés à la CISR.

Lorsqu'ils arrivent au Canada, les demandeurs d'asile sont interceptés par la GRC, après un rapide interrogatoire, ils sont remis à l'Agence des services frontaliers du Canada, qui traite les demandes. Soit ils sont refusés en raison, par exemple, d'antécédents criminels ou d'un mandat d'arrêt, soit on leur remet un formulaire à remplir. 

Les migrants ont 15 jours pour remettre ce formulaire. Si jamais ils n'ont pas remis le formulaire dans les 15 jours, ils sont convoqués par la commission pour s'expliquer lors d'une audience.

« Au cours des dernières semaines, nous avons constaté qu'un nombre croissant de demandeurs d'asile ne présentaient pas leur formulaire FDA partiellement rempli dans les délais, puis ne se présentaient pas à l'audience », a affirmé Shereen Benzvy Miller, dans son courriel.

Partager sur Facebook
1,820 1.8k Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Twitter Denis Thérriault