Nouvelles générales : Au Japon une infirmière affirme avoir tué 20 de ses patients
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Au Japon une infirmière affirme avoir tué 20 de ses patients

Elle aurait commis son premier meurtre en 2016.

Publié le par Grands titres dans Nouvelles générales
Partager sur Facebook
27 27 Partages

Coup de tonnerre au Japon, une infirmière a été arrêté par la police parce qu'on la soupçonne d'avoir empoisonné une personne âgée. Lors de son interrogatoire, l'impensable se produit et elle décide d'avouer les meurtres de 20 autres de ses patients.

C'est une histoire complètement hors du commun qui vient d'être révéler au pays du soleil levant, The Telegraph rapporte que Ayumi Kuboki, une infirmière japonaise de 31 ans serait l'auteure du meurtre de 20 de ses patients. La direction de l'hôpital d'Oguchi, basé dans la ville de Yokohama, l'a soupçonné du meurtre d'un de ses patients âgé de 88 ans après que son autopsie explique la présence de désinfectant dans son corps. Après avoir analysé d'autres autopsies, la direction de l'hôpital s'est rendu compte que plusieurs corps contenait ce même liquide.

Une fois arrêté par les autorités japonaises, elle en a donc profité pour avouer le meurtre de 20 autres personnes en utilisant le même procédé : à chaque fois elle injecte dans la perfusion de ses patients du liquide désinfectant composé essentiellement de chlorure de benzalkonium,une substance connue pour être extrêmement toxique.

La motivation de ce grand nombre de meurtres ? L'infirmière a expliqué aux policiers qu'il était trop difficile de voir des patients mourir pendant son service et qu'ainsi en les empoisonnant elle pouvait choisir le moment de leur décès. Lors de son interrogatoire elle aurait également raconté qu'il lui était vraiment difficile d'expliquer la mort de ses patients à leurs familles. L'émotion générée par ce genre de situation lui était insupportable et aurait plusieurs effets néfaste sur l'état de sa santé mentale selon elle. 

Pour beaucoup de ses collègues, Ayumi Kuboki était une infirmière comme les autres, discrète et sans problème. Elle exerçait cette profession depuis 2008 et travaillait à l'hôpital d'Oguchi depuis 2015. Elle avait donc la confiance de ses collègues et en a profité pour en abuser sans se faire remarquer jusqu'à que les preuves deviennent trop flagrantes. L'enquête est toujours en cours afin de déterminer plus profondément ce qui a poussé l'infirmière à passer à l'acte mais surtout pour comprendre davantage son processus opératoire ainsi que de trouver l'élément déclencheur qui l'aura poussé dans cette folie meurtrière. 

Partager sur Facebook
27 27 Partages

Source: The Telegraph
Crédit Photo: Unsplash