Arts : Après Salvail et Rozon, d'autres têtes seraient sur le point de tomber!

Après Salvail et Rozon, d'autres têtes seraient sur le point de tomber!

Tous les détails ici...

Publié le par Grands titres dans Arts
Partager sur Facebook
880 880 Partages

Les révélations qui ont eu lieu au cours des derniers jours ont bouleversé complètement le Québec. La chute des magnats du showbiz québécois Éric Salvail et Gilbert Rozon, en plus de celle de l'éditeur Michel Brûlé et de l'animateur de radio Gilles Parent ont été le point culminant d'une importante vague de prise de conscience collective.

Les témoignages troublants de victimes - hommes et femmes - qui ont osé dénoncer à visage découvert, en plus de la vague #MoiAussi qui a déferlé sur les médias sociaux nous ont fait prendre conscience de l'ampleur du problème. Les situations de harcèlement et même d'agression sexuelle sont beaucoup plus fréquentes qu'on l'imaginait.

Mais ce n'est probablement pas fini. Selon un nouveau sondage Léger réalisé pour le compte du Journal de Montréal,  94% des répondants croient que d'autres cas impliquant des personnalités publiques seront révélés au cours des prochains jours.

Plusieurs membres des médias à travers la province ont également donné le même son de cloche. Dans La Presse +, Nathalie Petrowski affirme: «D'autres comme eux vont probablement être démasqués dans les semaines à venir. Mais l'important, c'est que les choses sont en train de changer, que les gestes non consentis ne sont plus tolérés ni tolérables et qu'il est trop tard pour revenir en arrière.»

Avez-vous des noms en tête? Plusieurs circulent dans la communauté médiatique. Mais il n'est pas évident de faire la part des choses entre les informations réelles et les simples rumeurs.

Le sondage démontre également que 4 femmes sur 10 affirment avoir déjà été victimes de harcèlement sexuel. Parmi elles, seulement 14% des victimes ont dénoncé le harcèlement dont elles ont fait l'objet.

Les cas de harcèlement les plus fréquents se déroulent lorsque le harceleur est en position d'autorité face à la victime. 

«C’est une donnée qui nous renvoie aux cas récents d’Éric Salvail, Gilbert Rozon ou Michel Brûlé, a affirmé Christian Bourque, vice-président de la firme de sondages Léger, en entrevue à TVA Nouvelles. Il est difficile de dénoncer son supérieur, surtout quand celui-ci est un homme influent et connu du public.»

Partager sur Facebook
880 880 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Instagram